Les Bois d'Aethoniema Index du Forum
 
 
 
Les Bois d'Aethoniema Index du ForumFAQRechercherS’enregistrerConnexion

La tempête

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Les Bois d'Aethoniema Index du Forum -> Hélanthème -> Le coeur - Beaux quartiers -> Résidences -> Manoir des Serenata
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Duncan
Vampire

Hors ligne

Inscrit le: 12 Oct 2010
Messages: 13
Pseudo: Syrius
Race: Vampire (demi-elfe)
Sexe perso: Masculin
Age du personnage: 78

MessagePosté le: Sam 13 Nov - 01:40 (2010)    Sujet du message: La tempête Répondre en citant



Les choses sérieuses allaient enfin commencer, une fois entré dans le manoir Sérénata il est rare d'en sortir indemne que ce soit dans un plan physique ou moral. Le temps des observations et des regards devaient être momentanément aboli même si cette idée traversa à de nombreuses reprises l'esprit du vampire. Elyon était une créature si atypique, comment pouvait-on résister à ce corps et à cette odeur. Les sens du vampire étaient en éveil, l'intérêt de cette journée grisâtre montait en flèche à mesure des pas se rapprochant des portes imposantes du manoir. Alors que Duncan s'approchait lentement de l'entrée, milles pensées lui vinrent à l'esprit.

Devait-il être sans concession et ne pas laisser le choix à Elyon. Son sang était si rare un vrai nectar en perspective, une occasion comme celle-la ne devait pas être négligée. Le désir était si profond et intense, résister à cette envie était vain pour un vampire. Céder semblait si agréable. Néanmoins le vampire avait sondé le regard du jeune homme, il avait put y lire la détresse et l'angoisse. Cela déplut à Duncan, inspirer la crainte n'étais pas au programme. La courtoisie était une qualité chère à son maître Vittorio et c'est en ce sens qu'il comptait accueillir Elyon. Au diable le désir et sa soif, c'est dans les soins qu'il prodiguera à cette créature blessée que le vampire trouvera sa satisfaction.


¤Philanthropie?¤

Non, c'était juste la manifestation de l'intérêt que Duncan portait en Elyon. Seulement pour le désir qu'il éprouvait envers le jeune homme, enfin ce prétendu le sang ne ment pas. La question devait d'ailleurs être posée, mais pas maintenant... Devant les portes, le vampire se désengagea de ses pensées. Ouvrant les portes menant au hall, son visage fut marqué par un mécontentement passager.

¤Cassandre...¤

En contraste avec la façade lugubre, le hall semblait animé d'une noblesse sans pareil. Le rouge et les dorures envahissaient la pièce, les chandeliers éclairaient faiblement la pièce. Pourtant malgré le luxe et les couleurs vives, une aura inquiétante demeurait. Peut-être étais-ce du à la faible luminosité ou alors aux sons qui semblait se rapprocher derrière la porte menant au salon. Une voix de femme semblait prédominer la conversation animée. Des rires, des éclats de voix mais aussi des gémissements pouvant prêter à confusion. La mine de Duncan s'assombrit, les actions de Cassandre lui déplaisait fortement. S'il voulait éviter la retraite de son hôte, il se devait d'agir au plus vite. Avec empressement il saisit le bras d'Elyon et porta un doigt à sa bouche en signe de silence. A voix basse, il finit par s'expliquer en ces termes.


"Ma sœur donne en ce moment une réception très importante, ne la dérangeons pas vous le vouez bien? Nous nous faufilerons vers mes appartements, vous pourrez ensuite prendre repos."


Sa voix n'était plus glaciale mais tendre et charmante, le regard était doux se voulant de toute évidence rassurant. Ne lâchant pas son emprise sur la main du jeune homme, Duncan prit par la main de l'écuyer et amorça son entrée dans le couloir espérant que sa sœur ne le remarque pas. Sans attendre de réponse de la part d'Elyon, celui-ci fut trainer malgré lui au cœur du manoir Serenata ou la dénommée Cassandre donnait une réception disons à son image.
Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Sam 13 Nov - 01:40 (2010)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Elyon
Humain

Hors ligne

Inscrit le: 19 Sep 2010
Messages: 13
Pseudo: Lindashee
Race: Humain
Sexe perso: Féminin
Age du personnage: 17
Présentation: URL

MessagePosté le: Sam 20 Nov - 18:03 (2010)    Sujet du message: La tempête Répondre en citant

Suivit lentement Duncan, entrant dans la batîsse avec appréhension à sa suite. Il avait les doigts crispés autour de son poignet, trifouillant nerveusement la dentelle dépassant de la manche de la redingote. Le jeune noble referma la porte derrière eux. Il faisait atrocement sombre, mais ça ne pouvait pas être pire que dehors. Des chandelles brûlaient par-ci et par-là, faisant briller les nombreuses dorures et les tissus vermeil.

Elyon n'avait pas vu si belle batîsse de l'intérieur depuis des années, seulement la haute noblesse pouvaient se permettre autant de décorations en or pur. Les couloirs étaient longs, plutôt sombres et étaient bordés par de nombreuses portes. Le jeune homme avait du mal à imaginer combien de chambres pouvait-il y avoir dans une telle demeure. Ils passèrent devant ce qui devait mener à une assez grande salle, il y avait de doubles portes et celles-ci étaient particulièrement travaillées. Eylon cru d'abord qu'ils allaient se présenter au reste de la famille avant qu'il ne soit accordé un espace dans le manoir. Après tout il ne voudrait pas être pris pour un voleur et finir avec un couteau sous la gorge.

On pu entendre de derrière la porte des sons venant d'un groupe de personnes. Des femmes des hommes, il semblerait qu'il y avait une sorte de fête ou de réunion. Seulement pour qu'il y ai une fête il manquait de la musique. Les sons paraissaient assez ambigus, bien que de temps à autres ils étaient couverts par des rires de gens hilares.

Elyon se demandait bien ce qu'il pouvait se passer, seulement Duncan le saisit par le bras avant qu'il ne puisse arriver à quelconque conclusion. Un doigt sur la bouche pour lui demander silence, Elyon était tout de même perplexe, ne sachant pas vraiment quelle question lui poser parmi toutes celles qui se bousculaient dans son esprit. Il hocha la tête, les yeux écarquillés. Cet endroit était si mystérieux qu'il en était effrayant, Elyon ne se sentait pas rassuré.

La main de Duncan qui au départ l'avait saisi à l'avant-bras descendit pour lui prendre la main. Elyon arcqua les sourcils, trouvant cet homme soit un peu enfantin, soit bien trop intéressé par les hommes. Il se refusait à croire qu'il pouvait tant intéresser un noble sur ce point là, bien qu'il était au courant des frivolités de la plupart d'entre eux. Malgré tout, étant l'invité ici, il ne voulait pas faire mauvaise impression en refusant d'obtempérer, et se laissa tirer par Duncan sans faire de remarques.

Il jeta un coup d'oeil en direction de la salle où se déroulait la réception, se demandant quel genre de réception pouvait être-ce être, et comment pouvait être sa soeur, vu l'étrangeté du personnage. Néanmoins il préféra y résigner, voir où Duncan l'emmenait était plus important. Car Elyon l'avait presque oublié sur l'instant, mais il était trempé jusqu'aux os d'eau glaciale, et tâché d'eau boueuse sur tout le pantalon. Il esquissa un sourire amusé sur l'instant, se disant qu'à côté de Duncan il avait vraiment l'air d'un paysan, et que c'était sans doute pour cela que celui-ci voulait le dépécher pour qu'il refasse sa toilette. Les autres membres de sa famille devaient sûrement être bien plus à cheval sur l'apparence que lui.
Revenir en haut
Cassandre
Vampire

Hors ligne

Inscrit le: 22 Oct 2010
Messages: 9
Pseudo: Hyellinis Lisell
Race: Humaine et vampire
Sexe perso: Féminin
Age du personnage: 110
Présentation: URL

MessagePosté le: Dim 28 Nov - 20:36 (2010)    Sujet du message: La tempête Répondre en citant

Cassandre ne pouvait pas dire qu'elle s'ennuyait dans cette soirée organisée par et pour elle. Certes, elle préférerait jouer à ''d'autres jeux'' mais ces gens parvenaient à tromper son ennui. Elle aimait toujours tellement voir des nobles folâtrer avec la pire racaille de la rue. C'était tellement amusant à voir! Elle esquissa un sourire. Elle se remémorait le moment où tout cela avait commencé... Elle s'était parée de ses plus beaux bijoux, avait mis une sublime robe en velours bleu et était partie dans des quartiers un peu éloigné de sa résidence comme le conseillait Vittorio par prudence. Elle cherchait à attirer entre ses doigts une proie de premier choix. Elle n'avait pas particulièrement soif mais rêvait de sentir la chair chaude d'un homme contre elle. Vittorio lui manquait tellement! Il fallait bien qu'elle compense son absence! Elle avait réussi à trouver une taverne pleine de jeunes bourgeois nouvellement riches. Il était encore plus plaisant de maltraiter la dignité des nobles et autres bourgeois. Ils y tiennent tellement que la perte est encore plus douloureuse et par conséquent, plus savoureuse à ses yeux. Elle était rentrée discrètement, son beau manteau bleu nuit se fondant parfaitement à la semi-obscurité de l'endroit. Elle se posa à une table. Elle n'avait rien à faire. Les hommes venaient toujours automatiquement, attirés par son immense beauté...Cela ne tarda pas, effectivement. Un jeune noble bien fait de sa personne, grand, brun, aux yeux verts et au sourire avenant et charmeur s'approcha d'elle doucement.

"Je vous prie d'excuser mes manières aussi cavalières mais l'ennui qui se lit sur votre visage si parfait m'a interpellé. Ma compagnie pourrait-elle effacer cet ennui?"

Cassandre était ravie. Celui-ci conviendrait à défaut de mieux. Elle prit son air timide et prude et répondit d'une voix hésitante et peu rassurée :

"Je...ne sais si vous parviendrez à un tel résultat mais je... je crois que rien ne va à l'encontre d'une conversation pour tenter de remédier à cette...langueur..."

L'homme était satisfait et s'apprêtait à s'asseoir quand un autre homme arriva. Le nouveau venu était un peu plus âgé, plus mature, avait une attitude plus posée et sérieuse.

"Mademoiselle, cet homme vous ennuie?" dit-il en fronçant les sourcils.

"Non, il essayait justement de me sauver de l'ennui. Et voilà, qu'un autre chevalier vient à ma rescousse!" dit-elle en rougissant et en baissant les yeux. "Je ne crois pas mériter tant d'égard..."

"Au contraire, il me parait normal de souhaiter voir un sourire illuminer votre parfait faciès. Je crois que rien sur terre ne mérite plus d'être vu ce soir!" contredit le premier jeune homme.

"Je ne peux qu'approuver notre jeune acolyte. Permettez-vous que j'essaye tout comme lui de vaincre ce fléau qui vous assaille avec l'aide de mon compagnon de table?"

"Je ne peux qu'accepter une aide si généreusement offerte..."

Les trois hommes rivalisèrent pendant trois bonnes heures pour amener un rire sur son joli minois. Ils n'étaient pas avares en blagues, anecdotes et quand ils commencèrent à se ridiculiser par leurs comportements, aidés en cela par l'alcool ingurgité, Cassandre décida qu'il était temps de passer à une partie plus intéressante. Alors que le jeune homme commençait à désespérer de la ramener chez lui pour une nuit d'amour, il tenta la carte de la dernière chance : il proposa une promenade dans les bas quartiers, là, il trouverait de quoi s'amuser des petites gens.

"Mais vous n'y pensez pas? Ces quartiers sont mal famés, mademoiselle ne serait pas en sécurité!" gronda l'homme le plus posé.

Le jeune homme trouva là une occasion en or et répliqua :

"
L'ennui ne sévit jamais parmi le bas peuple. Vous ne vous sentez pas assez fort pour protéger mademoiselle? Je serais donc sans souci le cœur vaillant qui veillera à la sécurité et au divertissement de sa belle personne!"

"Allons, allons, messieurs! Je trouve que c'est une idée bizarre et dangereuse mais je suis curieuse de voir les quartiers populaires. Je vous en prie, mes généreux chevaliers, veillez sur moi pendant que je satisfais ma curiosité! Venez!"

Cassandre jubilait! C'était parfait! Voilà une distraction du premier ordre! Ils partirent tous les quatre en direction de ces quartiers dangereux avant tout la nuit. Les coupe-gorges étaient nombreux, les prostitués et les voleurs étaient maîtres de ces rues et les arpentaient sans cesse à la recherche d'une nouvelle proie. Cassandre se sentait souvent proche d'eux. Elle montrât un intérêt candide à chaque ''nouveauté'', interrogeant, souriant, riant. Les trois hommes se sentaient encore davantage en compétition. Aucun ne voulait repartir sans cette femme, cet ange pur dont le sourire embellissait chaque chose, dont la voix résonnait à l'intérieur d'eux pendant plusieurs minutes, dont les frôlements réchauffaient tout leur corps. Cette femme sollicitait chacun de leur sens, rendait chaque moment unique et supérieur au précédent. Au fur et à mesure de leur promenade, des femmes de peu de vertu et des bonimenteurs de foire se joignirent à eux pour finalement arriver sans qu'aucun d'entre eux ne sachent comment devant la demeure de la belle inconnue.

Tous entrèrent. Les gens du bas peuple furent émerveillés de la richesse des lieux et acceptèrent volontiers les victuailles disposés on ne sait comment dans le salon du rez-de-chaussée. Les nobles étaient quant à eux, trop alcoolisés et drogués par les herbes fumées auparavant pour noter quoique ce soit d'inhabituel. Les festivités commencèrent à prendre une tournure davantage sensuelle. Les nobles flirtaient allégrement avec les prostituées. Le vin aidait, la faible luminosité également, l'impression que tout était possible cette nuit-là. Que jamais elle ne terminerait. Que rien n'existait hormis ce salon. Les rires éclataient de temps en temps. Les petites gémissements, les soupirs de plaisir jaillissaient au gré des corps qui s'emmêlaient. La chaleur de la pièce augmentaient de plus en plus. Cassandre appréciait le spectacle. Mais elle commençait à se lasser de ne pas pouvoir davantage jouer avec ces nobles... Ils n'étaient plus à la hauteur de son investissement. Cependant, la nuit était trop avancée pour aller à la recherche de meilleures proies. Elle en emmènerait un parmi eux dans sa chambre et donnerait congé aux autres....

Tandis qu'elle se faisait ces réflexions, elle entendit la porte d'entrée se refermer. Duncan était sorti? Vittorio était revenu? Duncan et elle étaient chargés de surveiller le manoir en l'absence des autres, partis en voyage... Elle voulait avoir le cœur net. Il n'était pas trop dans les habitudes de Duncan de sortir alors qu'il avait dit vouloir consacré sa soirée à la lecture. Elle s'éclipsa discrètement sans qu'on la remarque. Elle referma la porte derrière elle et tomba sur Duncan.... et...et un jeune homme. Tiens! Intéressant! Duncan s'intéresserait-il à explorer des tendances homosexuelles? Elle aurait compris... ce jeune homme avait une inexplicable beauté, un charme certain et naturel. Une idée commença à germer dans son esprit. Et si elle faisait tomber sous son charme ce jeune homme? Un brin de compétition entre elle et Duncan romprait la monotonie de leur quotidien. Et l'usage intensif de leurs charmes à tous deux étourdirait le jeune homme, lui ferait tourner la tête. Un spectacle des plus passionnants! Mais Cassandre ne s'y prendrait pas de la manière habituelle. Avec ce genre de garçon timide et facilement influençable, il fallait soit jouer la carte de la femme fatale qui va lui apporter expérience et plaisir soit jouer la carte de l'inaccessible, la femme parfaite, intouchable. Elle déciderait en fonction de son comportement.

Elle prit une voix douce et langoureuse, sûre d'elle :


"Duncan! C'est toi? Oh! Je vois que tu es accompagné? De façon fort agréable à ce que je vois... Enchantée! Je me nomme Cassandre. Aurais-je l'honneur de connaître votre nom?"


 


Dernière édition par Cassandre le Sam 4 Déc - 17:22 (2010); édité 1 fois
Revenir en haut
Duncan
Vampire

Hors ligne

Inscrit le: 12 Oct 2010
Messages: 13
Pseudo: Syrius
Race: Vampire (demi-elfe)
Sexe perso: Masculin
Age du personnage: 78

MessagePosté le: Lun 29 Nov - 18:04 (2010)    Sujet du message: La tempête Répondre en citant

¤Cassandre veut jouer...¤

Évidemment l'enjeu était le pauvre Elyon, Duncan soupira de ce triste constat. Lui qui souhaitait absolument protéger son hôte de Cassandre, voila désormais le mal accompli. Sa réception et ses jouets ne lui suffisait plus, il fallait qu'en plus elle jette son dévolu sur le corps cet éphèbe. C'était à prévoir compte tenu de sa nature prédatrice, la question que Duncan devait se poser était la suivante. Allait-il lui aussi entrer dans ce cercle de compéttion? A ce jeu Cassandre s'averait être redoutable. Elyon était devenu sa proie, morceau de choix dont les intérets n'avaient surement pas échappés au regard de la vampire. Maintenant elle ferait certainement tout pour en détenir l'exclusvité et la propriété. Surtout que l'idée de ravir la prise de Duncan pencherat surement dans la balance. Devant toutes ses pensées Duncan soupira de nouveau.

Jouer à quoi bon, le regard de sa soeur était explicite. Elle voulait s'amuser, surement imaginait-elle déjà le regard dépité de Duncan apprenant le mauvais choix de son hôte, aussi salivait-elle des moments d'extase qu'elle passerait en la compagnie du jeune Elyon. Echaffaudait-elle déjà milles ruses pour l'amener jusqu'a ses pieds rampant de désir. L'idée seule était infecte, décidemment un monde séparait les deux vampires. Cassandre était bien trop soumise à l'hybris en dépit de la tempérance. Sa recherche de la jouissance demeurait démesurée malgré le temps et l'expérience. Non Duncan n'avait pas envie de jouer malgré l'objet du conflit il resterait neutre. Le choix était à la gouverne de cette créature, seule cette personne pouvait décider de son destin. Après tout lui aussi représantait un danger. Certes sa passion ne le conduirait pas au destin funeste qui l'attend entre les bras de Cassandre. Néanmoins restera t-il de marbre face à tant de plaisir défendu. Mieux ne valait pas engager son honneur sur la question. Céder à la facilité lui paraissait si tentant. Il avait la force et le pouvoir, cette créature semblait si désarmée dans ce lieux étranger.


¤Le croquer, l'entraver de mon corps glacé, toucher et chevaucher ce temple de délice ce corps de nymphe inavouée, sentir son souffle saccadé et desespéré sur ma peau froide, gouter à son sang si délicieux, penser à cet esprit appelant au secour. Un appel tombant dans les abimes, un appel futile... Que de pensées délectables.¤

Encore un instant fugace, un moment de vagabondage ou son esprit se permettait de visualiser les pires fantasmes. Non, ce n'était pas sa manière de procéder et ce ne sera jamais le cas. A aucun moment il ne pouvait se permettre de tomber si bas dans sa quête de distraction. Ce n'est pas comme cela qu'il traitera avec Elyon, le choix sera offert à cette créature. Ensuite libre à elle de céder ou non aux éxigences du vampire. De toute évidence, le temps de ce choix s'averait incertain. Restait encore à déterminer si sa protégée allait suivre les paroles traitres de Cassandre. Etre clairvoyant avec Cassandre était impossible, son jeu était bien trop parfait. Pourtant une chance devait lui être accordé devant ce choix a faire. Le mieux encore était peut-être la fuite, mais le jeu serait alors terminé trop vite. Alors qu'il ne souhaitait vraissemblablement pas joué, Duncan fit tout de même un geste pour Elyon. Après son destin sera entre ses mains et s'il vient à choisir de se blottir au sein des douces paroles de Cassandre, le vampire ne tentera absolument rien pour l'y déloger.

La vampire venait déjà de jetter ses paroles empoisonnées en plein visage de la créature blessée. Il fallait l'avouer Duncan était de nature plutot lunatique et généralement ses relations avec Cassandre étaient disons très cordiales. A vrai dire les deux vampires ne s'appréciaient guère et avaient instauré entre eux une règle tacite assez simple. Chacun s'occupe de ses affaires dans son coin et on limite au possible les rencontres. Bref cela pouvait constituer un excellent fondement pour adopter une attitude disons le assez froide. En conséquence sans laisser le droit de réponse à son hôte, il répondit de manière sèche à sa soeur en ces mots.


"Il se nomme Elyon cher soeur. Ce jeune homme a besoin de repos, je m'appretais justement à lui fournir cela en le conduisant dans mes appartements. Je vois que tu donnes reception, tu devrais y retourner tes convives vont s'impatienter."

Pour le coup cela paraissait odieux, si ça marche Cassandre saura lui pardonner. A vrai dire peut lui importait les autres hypothèses. Dans tous les cas Duncan protégeait Elyon comme il le pouvait. Mais déjà Duncan avait fait quelques pas de plus en direction du grand escalier. Se détachant un peu plus d'Elyon il voulait voir son choix, vers qui se dirigerait le jeune ecuyer. De toute manière ce sera son dernier geste vsant à le protéger, après l'hybris ou la tempérance. Tel était son choix.
Revenir en haut
Elyon
Humain

Hors ligne

Inscrit le: 19 Sep 2010
Messages: 13
Pseudo: Lindashee
Race: Humain
Sexe perso: Féminin
Age du personnage: 17
Présentation: URL

MessagePosté le: Mar 30 Nov - 04:06 (2010)    Sujet du message: La tempête Répondre en citant

[Veuillez m'excuser pour la longueur, j'ai fait un post plutôt compact, ayant soigneusement choisi mes mots. J'espère que cela ne vous empêchera pas de pouvoir librement interprêter mon post pour vous inspirer lors de votre réponse.]

Elyon était très nerveux en la présence de Duncan, seulement l'apparition de Cassandre ne fit que le déboussoler plus encore. Il ne s'attendait pas à entendre une voix juste derrière eux, sursautant brusquement avant de se retourner. Une voix suave et féminine s'était exprimée, sortie de la délicate bouche d'une jeune demoiselle. Le coeur d'Elyon manqua un battement à la vue de cette femme abominablement séduisante. Oppréssé par la présence de ces deux étranges personnages, Elyon tira nerveusement sur son jabot, ayant presque l'impression de suffoquer. Il effectua une légère révérence tout en faisant un pas en arrière, bousculant Duncan dans sa maladresse. Il bredouilla quelques mots à l'adresse de la dénommée Cassandre.

"B...bonsoir ma Dame..."

Il se redressa, interrogeant Duncan du regard à la recherche d'approbation. Pour lui, il était naturel d'avoir recours à la politesse, néanmoins il semblerait que son hôte l'eut pratiquement coupé lors de son intervention, afin de répondre à sa place à la jeune Cassandre. Celui-ci était si direct et froid avec qu'elle, qu'Elyon décela immédiatement le froid entre eux deux. A dire vrai, Elyon non plus n'était pas très à l'aise en la présence de cette toute nouvelle connaissance, mais il ne faisait pas pour autant vraiment confiance à Duncan.

L'atmosphère lugubre de l'extérieur du manoir semblait s'être infiltrée à l'intérieur depuis leur arrivée. Peu importe l'éclat des dorures et du tissu vermeil, aux yeux du jeune homme tout cet ornement était terni par ce climat conflictuel. Elyon n'osait pas l'avouer à haute voix, seulement il était aussi empressé que Duncan de se rendre dans ses appartements, pour la bonne et simple raison que Cassandre dégageait un excès d'assurance. Ayant pour habitude de côtoyer de nombreuses demoiselles, certaines plus fréquentables que d'autres, il avait réussi à dénoter une certaine volonté presque effrayante, venant de la jeune noble. En effet, elle devait présider une réception, or elle se serait absentée pour la seule et unique raison d'accueillir un malheureux vagabond ?

Joignant ses mains dans son dos pour les restreindre de trembler, Elyon se recula de plusieurs pas encore, aux côtés du sire Serenata. Son visage était crispé en un rictus gêné, tandis que ses joues viraient au cramoisi.

"Je vous prie de m'excuser, Dame Cassandre. Mais comme vous pouvez le voir je ne suis pas présentable, il serait préférable que je fasse ma toilette avant d'être disposé à m'entretenir avec vous, si sire Sereneta me l'autorise bien entendu."

Elyon se sentait pris au piège à l'intérieur d'un filet. Il se retrouvait contrait d'abuser de l'hospitalité de Duncan, de peur de devenir source de conflit. Il tentait de se donner l'image la plus digne qu'il le pouvait, la meilleure chose à faire étant prétendre être un des leurs afin de ne pas se faire traiter comme un vulgaire mendiant. Son regard basculait d'un Serenata di Sanguecollina à l'autre, se demandant bien ce que l'avenir lui réservait...
Revenir en haut
Cassandre
Vampire

Hors ligne

Inscrit le: 22 Oct 2010
Messages: 9
Pseudo: Hyellinis Lisell
Race: Humaine et vampire
Sexe perso: Féminin
Age du personnage: 110
Présentation: URL

MessagePosté le: Sam 4 Déc - 00:35 (2010)    Sujet du message: La tempête Répondre en citant

Cassandre passait de l'observation de Duncan à celui du jeune homme rapidement, son regard scrutant et se délectant de chaque changement dans leurs visages, étant attentif à tous les signaux de leur corps. Duncan restait évidemment le plus indéchiffrable de par sa nature de vampire mais également de par son caractère habituel à ne rien laisser transparaitre. Mais il était évident que son intervention l'agaçait, ne serait-ce que par ses petits soupirs et son air pincé et froid. Sa réponse d'ailleurs l'était particulièrement. Elle ne savait pas ce que ce jeune homme avait de particulier mais Duncan tenait absolument pas à ce qu'il finisse entre ses mains. Ou peut-être commençait-il à avoir un peu de sentimentalisme pour les humains. C'était si pittoresque! Cassandre voyait bien qu'il n'avait pas envie de jouer. Il n'avait jamais envie de jouer. Il était toujours si sérieux. Alors qu'ils avaient l'éternité devant eux, la plupart des vampires avaient tendance à garder des restes de leurs vies passés. Toujours ces apparences, cette moralité! C'était d'un pathétique. De par leur nature, ils se devaient de se nourrir de sang. Ils étaient des monstres, des prédateurs. Des prédateurs certes élégants et beaux à en mourir, mais des prédateurs tout de même! Ils allaient finir par s'ennuyer à juste vivre dans l'ombre en respectant un monde où ils n'avaient plus leur place. Cassandre, elle, acceptait sa nature, en était même ravie... Se lasserait-elle un jour de tous ses hommes si différents qui tombaient sous son joug? Se lasserait-elle d'être désiré, d'être admiré, d'être aimé? Elle sourit à la remarque de Duncan. D'un ton mi-amusée, mi-reprochant, elle lui répondit :

"Duncan, tu manques à tous tes devoirs d'hôtes! Tu viens de couper la parole à ton invité!"

S'adressant à Elyon, d'une voix enjouée :

"Bien le bonsoir, Elyon! Je vous prie de pardonner les manières quelque peu rustres de mon frère. Il reste souvent trop éloigné de la société et en oublie parfois les plus simples convenances. Mais je reconnais bien là sa manière généreuse de vous accueillir pour vous venir en aide. Je comprends son geste. Vous semblez d'une charmante compagnie."

Le jeune homme se sentait peu à l'aise. Il ne fallait pas beaucoup de perspicacité pour se sentir mal à l'aise entre deux vampires. Elle sourit doucement pour ne pas découvrir  trop ses dents. Il était tellement amusant de sentir parfois la peur des mortels, leurs corps sentaient mieux que leur esprit le danger. Elle devait trop l'impressionner. Cela l'éloignait d'elle. Il fallait qu'elle se fasse moins inaccessible, plus familière, lui faire sentir une proximité qui conduirait ensuite à une envie de plus d'intimité.

Alors que son ''frère'' commençait à s'éloigner vers ses appartements, cherchant par ce mouvement à inciter Elyon à le suivre, elle s'adressa de nouveau à Duncan :


"Cher frère, cette réception que tu entends s'est faite à l'improviste entre quelques amis rencontrés cette nuit qui m'ont un peu forcé malgré moi. J'étais venue t'accueillir car je m'ennuyais quelque peu à cette petite soirée. Ce sont peut-être des gens de la haute société, mais ce jeune Elyon à qui tu es venu prêter main forte a plus de dignité, d'élégance et d'intérêt. Ils peuvent très bien se passer de moi. Ils n'ont même pas remarqué mon absence. Je préfère parler avec ce jeune homme bien élevé et toi."

Elyon prit encore la parole, tremblant :

"Je vous prie de m'excuser, Dame Cassandre. Mais comme vous pouvez le voir je ne suis pas présentable, il serait préférable que je fasse ma toilette avant d'être disposé à m'entretenir avec vous, si sire Sereneta me l'autorise bien entendu."

Il semblait se sentir au piège entre les deux. Bien! Si elle ne pouvait pas l'avoir, elle ferait en sorte que Duncan ne l'ait pas. Sa nature capricieuse referait-elle surface? Cassandre s'amusa intérieurement de sa propre question. Elle était toujours capricieuse!  Mais il semblait beaucoup tenir à ce jeune homme. Il lui en voudrait. Cassandre réfléchit quelques instants... Cela pourrait créer des conflits plus démonstratifs. Cela pourrait dégénérer... Duncan pourrait se montrer plus violent. Elle se pinça les lèvres. Elle ne pourrait pas le manipuler lui. Et Vittorio ne serait pas là pour la protéger. Non pas qu'elle redoute la force physique de Duncan. Mais elle pourrait avoir des comptes à rendre à son cher amant. Et cela lui plaisait moyennement. Pourquoi ne pas profiter de cette proie fraîche et innocente à deux? Cela serait tellement réjouissant! Mais elle doutait que Duncan se prête au jeu. Il était tellement rabat-joie...

Elle reprit avec un ton enjoliveur :

"Bien évidemment qu'il faut que vous alliez faire un brin de toilette! Non pas que cela me dérange! Mais avec un temps pareil, vous pourriez attraper quelque chose. ça serait vraiment regrettable. Je m'en voudrais! Je vais vous accompagner mon frère et vous. Rien ne me retient dans ce salon. Enfin, si Duncan n'y voit aucune objection? Duncan? Tu ne vois rien à redire au fait d'être tous trois à converser tranquillement de choses et d'autres dans tes appartements? Je vais apporter quelques tasses de thé et quelques gâteaux pour rassasier notre hôte qui nous fait l'honneur de sa présence."

Elle n'attendit pas la réponse de Duncan et s'en alla d'un pas rapide vers les cuisines...

Revenir en haut
Duncan
Vampire

Hors ligne

Inscrit le: 12 Oct 2010
Messages: 13
Pseudo: Syrius
Race: Vampire (demi-elfe)
Sexe perso: Masculin
Age du personnage: 78

MessagePosté le: Sam 11 Déc - 15:25 (2010)    Sujet du message: La tempête Répondre en citant

Duncan écouta attentivement Cassandre mais ses paroles glissèrent aux portes de son esprit. Son jeu était creux avec peu de substance, se faire passer pour une femme attentionnée... C'était d'un commun que cela en devenait presque risible. Rien absolument rien, le vampire resta de marbre face aux reproches de sa sœur. Essayait-elle de le discréditer au vue d'Elyon? C'était bien trop faible pour que ce soit son intention, selon l'avis de Duncan cela devait être rangé sous le signe de la maladresse. Ne transparaissant rien Duncan eut un sourire sadique intérieur. Il était fort amusant de voir sa sœur déployer autant de moyen pour capturer entre ses serres une seule âme. Elle qui fait tomber les hommes tels des pommes d'un pommier, c'était divertissant de l'observer.

¤Ma présence la gêne, c'est un sérieux handicap. Comment réagira t-elle si Elyon se refuse à elle. J'aimerai tant voir son visage si parfait entaché par la colère et la frustration, révélant ainsi toute sa laideur. Ce serait parfait.¤


S'éloignant un peu plus d'Elyon, Duncan n'attendait plus que l'acceptation d'Elyon à son invitation. Le vampire se réjouissait tant, son plaisir était sur le point d'être comblé et il serait en plus aux premières loges. Le pas lourd Duncan gravit la première marche du grand escalier. Tout d'un coup les paroles de Cassandre frappèrent le vampire tel un éclair.

"Je vais vous accompagner mon frère et vous. Rien ne me retient dans ce salon. Enfin, si Duncan n'y voit aucune objection? Duncan? Tu ne vois rien à redire au fait d'être tous trois à converser tranquillement de choses et d'autres dans tes appartements? Je vais apporter quelques tasses de thé et quelques gâteaux pour rassasier notre hôte qui nous fait l'honneur de sa présence."

¤ La garce!¤

Le sang du vampire ne fit qu'un tour et c'est avec vélocité qu'il rattrapa sa soeur. Le fait qu'elle interfère ainsi dans ses plans étaient inacceptable. Duncan n'appréciait pas beaucoup cela et il fit preuve d'un manque total de délicatesse pour faire comprendre son sentiment à sa soeur. En effet après l'avoir rattrapé il saisit avec force son poignet puis ramena à lui le corps de Cassandre. Entravé par ses bras la vampire était serrée désormais contre le corps froid de Duncan. Mu par cette excitation, Duncan dut contenir une forte envie de griffer et de mordre au cou sa soeur. Son agressivité était manifeste surtout pour Cassandre qui connaissait bien cet état vampirique. Duncan détestait avoir recoure à cet instinct, surpris lui même par sa réaction il rangea ce fait sur le compte de l'agacement provoquée par sa soeur. Si proche d'elle, Duncan eut toutes les peines à réfréner son envie de la mordre, la pensée du triste spectacle que cela pourrait occasionné et des conséquences l'en dissuada bien rapidement. Alors doucement en chuchotant à son oreille, Duncan prononça ces mots. Ses paroles étaient des sabres, son ton était glacé et angoissant.

« Elyon est à moi. La décision t'incombe si tu persistes encore à t'interposer dans mes desseins. Je ne tolèrerai aucun écart de ta conduite. Va, continu, fait danser tes hôtes, mord-les, suce-les, fait les souffrir et étanche ta soif. Mais Elyon est a moi... compris grande soeur? »

Relâchant doucement son étreinte, Duncan n'eut aucun égard pour Cassandre. Il avait tellement entravé son poignet peut-être était-il cassé. Cela n'avait que peu d'importance. Le vampire se dirigea vers Elyon il lui saisit la main pour l'enjoindre de le suivre. Duncan allait prononcer lui-même le fait que Cassandre allait finalement prendre congé, mais il préférait que ce soit elle qui le fasse. Cela rajoutera à l'événement un peu plus de divertissement.
Revenir en haut
Elyon
Humain

Hors ligne

Inscrit le: 19 Sep 2010
Messages: 13
Pseudo: Lindashee
Race: Humain
Sexe perso: Féminin
Age du personnage: 17
Présentation: URL

MessagePosté le: Dim 19 Déc - 18:24 (2010)    Sujet du message: La tempête Répondre en citant

Elyon ne trouvait aucun moyen de s'échapper du filet. Il était pris entre deux vampires, sans le savoir. Le regard rivé par terre principalement, il ne regardait ni le séduisant vampire qui cherchait à l'arracher des griffes de sa soeur, ni la somptueuse demoiselle qui tenait absolument à leur tenir compagnie. Leur beauté était irréaliste et déstabilisante, mais il ne souhaitait être manipulé trop familièrement, ni par l'un, ni par l'autre. Il avait tant à se reprocher, autant pour son audace subite pour avoir demandé d'être hebergé, qu'avoir fuit si lâchement son domicile originel.

Il refusait de croiser le regard de Cassandre, terrifié à l'idée qu'elle le deshabille du regard et dévoile tous ses secrets. Son choix était toujours en faveur de Duncan, malgré ses actes précédant leur entrée dans le manoir. Il avait l'impression d'être un jouet disputé entre deux enfants, un jouet impossible à partager, balloté entre les deux comme une vulgaire poupée de chiffon jusqu'à ce qu'elle finisse par se déchirer en deux lors de la baguarre.  

Elyon tenta un sourire aimable, bien que trop gêné, balbutiant à tout va.

"Votre offre est... généreuse , m..mais je comptais simplement abuser de votre générosité pour me désencrasser. Je ne souhaite en aucun cas m'éterniser."

Une tasse de thé et des gâteaux était une bien aimable proposition, mais Elyon souhaitait tout l'inverse d'être le centre d'attention de tels inconnus. Cette bâtisse était bien trop mystérieuse à son goût, et il commençait même à douter de la sincérité de ses hôtes. Messire Duncan semblait avoir des raisons d'en vouloir à Cassandre, tandis qu'elle paraissait assez innocente, et aimable, en surface. Elle était bonne comédienne, Elyon n'avait aucun moyen de s'assurer de leur bonne volonté, ni le droit de les juger tous deux si promptement. Seulement c'était dans sa nature... tenter de lire dans les pensées des gens, savoir quels sont leurs intérêts et leurs faiblesses. Il devait bien l'avouer, cette fois-ci c'était lui qui était ainsi étudié.

Il ne se mêla pas à l'étrange tension qu'il y avait entre les deux Serenata, Duncan avait rattrapé Cassandr de manière assez brusque. Leur proximité était même ambigüe , seulement le sire n'avait aucunement l'air amusé. Il sembla murmurer quelque chose à l'oreille de Cassandre, sans qu'il puisse entendre. Cela le mis encore plus mal à l'aise, étant donné qu'il supposait que Duncan parlait de lui, mais sur quoi exactement... aucun moyen de le savoir.

Elyon paru assez méfiant en voyant Duncan lui prendre la main, seulement il n'avait pas envie de se voir ainsi maitriser. Il fit mine de trouver cela normal, cependant ne comprit pas pourquoi ils s'éternisèrent sur place dans un tel silence.
Revenir en haut
Cassandre
Vampire

Hors ligne

Inscrit le: 22 Oct 2010
Messages: 9
Pseudo: Hyellinis Lisell
Race: Humaine et vampire
Sexe perso: Féminin
Age du personnage: 110
Présentation: URL

MessagePosté le: Mar 21 Déc - 01:02 (2010)    Sujet du message: La tempête Répondre en citant

Cassandre s'éloigna de Duncan et d'Elyon en direction des cuisines, se remémorant l'attitude impassible de Duncan, qui, soit dans une attitude de confiance, soit dans une tentative de tenter le tout pour le tout, avait commencé à gravir l'escalier menant à ses appartements, enjoignant par ce geste Elyon à le suivre. Aux dernières paroles de l'enjoleuse, le vampire s'était figé. Cassandre avait jubilé. Elle aurait voulu rester pour voir ses traits sous la colère, mais elle ne voulait pas prendre le risque qu'il contrecarre son plan. Elle voulait continuer à s'amuser. Elle sourit au souvenir des bredouilles d'Elyon, de son air embarrassé, de son malaise entre les deux vampires. Il ne l'amusait déjà plus. Ce qui importait à Cassandre maintenant, c'était que Duncan n'ait pas sa proie tant désiré. Si elle ne l'avait pas, il ne l'aurait pas non plus. Elle y veillerait. Cela faisait une éternité qu'elle ne s'était pas amusait autant. C'était tellement jouissif de contrarier Duncan!

Tandis qu'elle marchait d'un pas leste, savourant le délice du divertissement, le pas feutré, léger et rapide de son ''cher frère'' derrière elle, la fit se retourner d'un geste gracieux et lent. Trop lent. Duncan lui avait saisi le poignet et prolonger le mouvement premier de Cassandre de façon à ce que leur deux corps se retrouvent l'un contre l'autre. La peau froide du vampire n'était rien en comparaison de la colère froide de ses yeux et de son visage glacial. Elle l'avait poussée dans ses derniers retranchements. Jamais elle n'avait vu Duncan dans cet état, qu'il essayait pourtant de maîtriser. Il se pencha et lui murmura des menaces pleines de fiel. Puis il repartit aussi promptement qu'il était venu, sans attendre une quelconque réponse, sans lui jeter le moindre regard. Elle le regarda attraper la main du jeune humain et le mener vers ses appartements.

Cassandre massa doucement son poignet tandis que mille sentiments se bousculaient à l'intérieur d'elle. Tour à tour, c'était la colère, la stupeur, la peur, le plaisir exultant, le désir (un homme qui essaye de la dominer était toujours si réjouissant! Un défi à relever!), l'envie de vengeance qui culminait dans son être. Des dizaines d'idées, de pensées lui venaient à l'esprit. Mais il fallait d'abord qu'elle se calme, qu'elle maîtrise son excitation. Elle sourit quand L'idée s'imposa à son esprit.


¤Non, calmons-nous! Est-ce raisonnable d'irriter encore plus Duncan? Je sens que Vittorio ne prendra pas mon parti sur ce coup-là.... Hmmm... Tant pis! Du divertissement! Du divertissement! Encore et encore! Vivement la suite!¤

Cassandre se dirigea d'un pas décidé, jubilant d'avance, vers le salon où ses invités commençaient à s'ennuyer de son absence.

"Mademoiselle, nous étions inquiet de votre absence. Nous allions prendre la liberté de vous chercher en cette demeure pour voir si vous n'aviez pas un quelconque ennui"
dit l'homme mature, encore à moitié déshabillé, les cheveux en bataille.

"L'ennui s'était effectivement emparé de moi, messieurs, mesdemoiselles. J'ai entendu du mouvement dans l'entrée. Il s'avérait que c'était mon cher frère qui était revenu lui aussi avec un convive. Il m'a proposé que nos deux assemblées se retrouve dans ses appartements pour que nous partagions tous ensemble une délicieuse nuit. Cela vous plairait-il?"

Tous enivrés de l'alcool et des plaisirs de la chair, ils acceptèrent volontiers. Cassandre leur indiqua l'endroit où se trouvait les appartements de Duncan et leur dit de prendre les devants, tandis qu'elle arriverait peu après avec quelques victuailles. Cassandre se dirigea donc dans la cuisine et se réjouissait des efforts que devrait faire Duncan pour se débarrasser de tous ces importuns. Quel dommage de ne pas voir tout de suite la rage ravagé les traits de son visage!
Revenir en haut
Duncan
Vampire

Hors ligne

Inscrit le: 12 Oct 2010
Messages: 13
Pseudo: Syrius
Race: Vampire (demi-elfe)
Sexe perso: Masculin
Age du personnage: 78

MessagePosté le: Mer 22 Déc - 01:35 (2010)    Sujet du message: La tempête Répondre en citant

La tempête était calmée, l'orage ne grondait plus, la mine colérique de Duncan était effacé. L'apparent abandon de Cassandre avait dissipé les nuages noirs. Méfiant Duncan eut peine a croire l'attitude. Cependant il se devait désormais de réparer le défaut d'image qu'il avait provoqué aux yeux de son hôte. Ne dénotant d'aucun ton particulier, le vampire demanda au jeune homme de le suivre n'omettant évidemment pas la formule de politesse. Malgré un langage dénué de sentiment, le regard du vampire semblé désolé et soulagé. Maintenant la nuit pourrait se poursuivre dans ses prévisions à ses appartements.

Arrivé au premier étage, une image vint chambouler les plans du vampire. Sa conquête passée, allongée nue endormie, enrobée dans des draps immaculés, dans sa chambre une morsure a son cou. Les émotions du jeune Elyon avaient déjà été assez secouées ainsi, lui imposer l'image d'une femme victime d'un vampire, voila ce que Duncan n'avait aucunement besoin. Acceuillir son hôte à l'endroit ou sa maîtresse se repose, cela défiait tout bon protocoles. Dans un couloir lugubre éclairé seulement par quelques chandeliers, le vampire s'arrêta un instant expliquant ainsi ses intentions.


"Nous n'irons pas dans ma chambre sir Elyon pour des raisons qui je dois m'en excuser ne peuvent vous être communiquer."


Se dirigeant vers une porte le vampire entra, laissant découvrir une pièce dégageant un léger parfum de féminité. Lit double, grande armoire, quelques chandeliers, la chambre paraissait bien vide. Pourtant résidait une empreinte indélébile, trace d'une aura gardienne qui donnait à cette pièce une sensation dérangeante d'être observé et jugé. Silence à l'entré, silence vite brisé par Duncan.


"Ce sont les appartements de ma soeur Isolde, je pense qu'elle ne m'en voudra pas si je lui emprunte cette pièce. Je m'absente une minute le temps de vous prendre quelques vétements."


Duncan ne laissait aucun choix a son hôte, le lieux, les conditions, tout était planifié a la volonté du vampire. Ses désirs et ses prévisions étaient clairs, aucunes tergiversations ne devaient encore être tolérées. Nonchalamment le vampire sortit du couloir, entendant des voix du le rez de chaussé Duncan accéléra le pas. Quelques affaires prit a la hâte, un dernier regard dénué de passion à la créature sur son lit et le voila déjà faisant chemin inverse. Apparemment Cassandre faisait monté ses invités et lui qui espérait que son orgie se passe dans le salon. A demi-contrarié, Duncan ferma la porte et se dirigea d'un pas encore plus rapide vers la chambre d'Isolde ou l'attendait Elyon.

Entré tel un courant d'air, Duncan posa ses affaires sur le lit puis referma la porte comme si un fantôme le poursuivait.


"Voila ce sont quelques affaires à moi, je pense que cela est à votre taille."

D'un mouvement assez nonchalant, le vampire finit par s'asseoir en face de son hôte le regard d'habitude imperceptible on pouvait désormais noter une certaine bienveillance dans ses yeux lorsque celui-ci fixait Elyon.


"Je voudrai m'excuser pour mon attitude passée, j'ai surement dut vous paraître détestable. Néanmoins, je ne pouvais plus supporter les paroles empoisonnées de ma vipère de soeur. Je ne peut que vous recommander de la fréquenter au minimum. J'imagine la gêne dont vous avait put être victime, vous me feriez grâce en acceptant ces excuses."


C'est avec un petit sourire amical que Duncan ponctua sa dernière phrase. D'Elyon, son regard se dirigea vers les vêtements.

"La nuit risque d'être pluvieuse, voire orageuse je ne peut pas vous laisser partir. Souffriez-vous Elyon de m'accorder le devoir de vous inviter une nuit au manoir?"
Revenir en haut
Elyon
Humain

Hors ligne

Inscrit le: 19 Sep 2010
Messages: 13
Pseudo: Lindashee
Race: Humain
Sexe perso: Féminin
Age du personnage: 17
Présentation: URL

MessagePosté le: Jeu 23 Déc - 02:52 (2010)    Sujet du message: La tempête Répondre en citant

Elyon sembla assez perplexe lorsque Duncan lui annonça qu'ils n'iraient pas dans sa chambre mais une autre. Qu'avait-il donc à cacher ? Si cela avait été pour une raison commune, il lui aurait sûrement expliqué pourquoi.

"D'accord..."

Dit-il simplement, il n'y avait pas grand chose à dire. C'était lui l'invité, l'assaillir de questions indiscrètes n'était sûrement pas la solution pour continuer à profiter de son hospitalité. Elyon entra donc dans la pièce proposée par Duncan, il se sentait d'autant plus mal à l'aise de devoir profiter des appartements de quelqu'un autre que son hôte. Il supposait que tous devaient plus ou moins avoir un terrain d'entente au manoir, seulement il craignait d'être encore une fois contraint de se présenter à quelqu'un d'autre.

C'était donc la chambre de sa soeur Isolde. Duncan devait faire partie d'une grande famille, le manoir était luxueux bien que lugubre, trois enfants donc, et probablement les parents quelque part, à moins qu'ils ne soient déjà plus de ce monde...
La chambre était sobre mais délicate et féminine, Duncan s'absenta pour aller chercher des vêtements, laissant Elyon seul dans cette pièce si inconnue. Il se surprit en train de respirer le doux parfum qui flottait dans l'air, sursautant au moment où le sire de Sanguecollina revint. Celui-ci déposa des vêtements richement travaillés, tout aussi élégants que ceux qu'il portait, sur le lit. Elyon s'approcha pour les prendre entre les doigts, les observant, assez éberlué qu'on lui confie d'aussi beaux habits. 

"Je vous remercie..."

Il le regarda dans les yeux, plus à l'aise que précédamment, hochant la tête avant de détourner légèrement le regard.

"Ce n'est rien, je comprend qu'il y a toujours un peu de tension entre les membres d'une famille. Vous êtes bien évidemment pardonné."

Duncan souriant légèrement, Elyon fit de même. Bien qu'il aurait préféré finir six pieds sous terre lors de la dispute entre Cassandre et Duncan, il se sentait finalement beaucoup mieux avec le sire. Il avait cru au départ qu'il pouvait être d'une quelconque malignité, seulement il était beaucoup plus aimable qu'il en avait l'air.

Beaucoup plus aimable, peut-être, seulement jamais Elyon n'aurait cru qu'il l'inviterait à rester dormir aussi précipitamment. Il en tomba des nues, l'air totalement hébété. Confus et plutôt indécis, il ne savait trop quoi répondre, bégayant légèrement, il décida finalement d'accepter.

"Que je dorme ici...? Ma foi... Je peux difficilement refuser une aussi généreuse proposition, tant que je ne dérange pas trop par ma présence."

Elyon devait l'avouer, il commencait à apprécier Duncan, malgré toute l'étrangeté de leur rencontre. Il n'avait jamais été face à quelqu'un d'aussi courtois, d'une gentillesse simplement destinée à rendre service. Il se tut un instant, prêtant attention à ce qui se déroulait dans le couloir, supposant que Duncan avait refermé la porte pour garder Cassandre éloignée. Elyon ne pouvait pas dire qu'il s'y opposait, bien qu'elle était très séduisante, son regard était incroyablement pesant.

Le jeune homme apposa les vêtements prêtés par Duncan contre lui, vérifiant les dimensions, il était plus chétif que lui, mais peu importe si les vêtements étaient un peu grands. Il regarda alors autour de lui, à la recherche d'une quelconque porte dissimulée, ou alors un paravent. L'agitation à l'extérieur de la chambre laissa supposer à Elyon que Duncan n'était pas prêt de sortir. Il resta figé un instant, réfléchissant à une éventuelle solution, il ne souhaitait pas avoir à se changer devant lui, seulement, il n'avait pas vraiment le choix.

"Hurm... excusez-moi , messire. Pourriez-vous ne pas... regarder pendant que je me change?"

Heureusement pour lui, Duncan n'avait aucune intention de s'y opposer. Bien que toujours méfiant, ne sachant pas vraiment quoi penser, Elyon commença alors à se deshabiller dos à lui. Priant au fond que celui-ci tenait se promesse, d'un autre côté... si celui-ci ne s'intéressait pas aux hommes, aucune raison qu'il ne le fixe. Malheur... il n'y avait donc aucun moyen de vraiment connaître quelqu'un si bien en si peu de temps, Elyon ne pu que soupirer bruyamment à cette pensée.

Elyon se détacha alors les cheveux, il les recoifferait par la suite. Ceux-ci se répartirent alors sur ses épaules dans une miriade de vagues brunes. Il détacha son jabot et se débarassa de ses chaussures avant de commencer à défaire les boutons de sa chemise. Après avoir pris une grande inspiration, il la fit glisser le long de ses épaules, dévoilant sa taille fine et sa chute de reins. Suivit ensuite son pantalon boueux, Elyon se dépéchait comme si il craignait d'être dévoré à tout moment. Il rattacha ses cheveux à la hâte, vérifiant que Duncan ne regardait pas, le coeur battant à la chamade. Son corps était incroyablement délicat, sa peau de nacre mise en valeur par quelques grains de beauté par-ci par-là, sur sa chair généreuse et imberbe...
 
Revenir en haut
Cassandre
Vampire

Hors ligne

Inscrit le: 22 Oct 2010
Messages: 9
Pseudo: Hyellinis Lisell
Race: Humaine et vampire
Sexe perso: Féminin
Age du personnage: 110
Présentation: URL

MessagePosté le: Lun 27 Déc - 01:18 (2010)    Sujet du message: La tempête Répondre en citant

Cassandre se dirigeait à présent vers la chambre de Duncan, portant un plateau lourdement chargé de thé et de pâtisseries. Elle fut étonnée de n'entendre aucun bruit. Les aurait-il tous tués? Cassandre fronça les sourcils. Cela serait inédit de la part de Duncan. Cassandre secoua la tête en souriant.

¤Jamais Duncan ne ferait cela!¤

Mais elle se hâta tout de même pour voir la cause de ce silence lugubre. La porte était grande ouverte. Elle posa son plateau sur une commode dans le long couloir et pénétra dans la chambre de Duncan. Ses invités étaient tous éloignés du lit, mais le fixaient intensément, comme fascinés. La chambre était sombre. Les bougies et le feu s'étaient éteint depuis quelques temps. Seuls les quelques chandelles tenus par les invités. Elle fendit le demi-cercle et aperçut une femme nue sur le lit de son ''frère''. Ses yeux à l'acuité élevée remarquèrent les deux morsures à peine visibles à la base du cou.

¤Duncan est stupide! Vraiment stupide! Ramener une autre proie alors qu'il ne s'est même pas débarrassé du corps de la précédente! Quel imbécile! Et après, monsieur prend des airs de seigneur intelligent!¤


Cassandre était furieuse intérieurement. Il suffisait que l'un de ses invités s'approche un peu trop près pour poser quelques questions dérangeantes. Là, il ne leur faudrait peut être pas beaucoup de temps pour comprendre malgré leur état avancé d'ébriété. Duncan les mettait en danger. Mais elle aussi. Son petit jeu aurait pu les mener à la catastrophe. Mais elle ne s'était pas encore vengé de la douleur à son poignet qu'elle devait au manque de délicatesse de Duncan - même s'il est vrai que cela l'avait excitée. Avant tout, il fallait les éloigner de là. Elle murmura doucement mais d'une voix que chacun entendit au plus profond de son coeur :

"Il s'agit de la femme de mon frère. Évitons de la réveiller. Duncan a du se mettre dans une des autres chambres pour éviter de la déranger. Suivez-moi!"

Elle sortit de la chambre délicatement parfumée de Duncan, avec ses invités encore hagard mais sortant lentement de leur torpeur. La chambre de Duncan devait avoir une atmosphère un peu particulière pour avoir provoquer cela. Ou était-ce la vue de ce corps nu sous un drap blanc, éclairés par le rouge-orangé des flammes? La couleur rouge sur un élément blanc avait toujours suscités une profonde fascination chez les mortels - et les immortels. Le sang sur la peau blanche. Les lèvres rouges d'une femme sur un visage d'un pur blanc de porcelaine. La violence. L'amour. Toujours entremêlés. La mort. Le sexe. Toujours emmêlés. Les pulsions même qui animaient chaque être humain.

L'un des invités interrompit sa réflexion :

"J'avais cru que votre frère avait commencé les festivités avec sa convive - que je croyais être un convive - sans nous attendre. Et je ne sais pourquoi, nous sommes restés, au lieu de laisser se reposer la dame de votre frère."

Cassandre acquiesça sans répondre à son convive. Elle réfléchissait. Elle ne pouvait pas continuer ce jeu plus longtemps. Mais elle voulait quand même blesser Duncan comme il l'avait blessé. Un dernier geste qui semblerait puéril à Duncan, mais elle jugeait qu'elle était plus intelligente que lui, plus digne que lui en ne continuant pas. Ils risquaient leur secret, leur vie.

"Mademoiselle?"


Ses convives la regardaient tous, en attente de ses paroles, pour savoir qu'elle était son bon vouloir. Cassandre finit par leur dire :

"Je vous prie de m'excuser. Je ne savais pas que Beth, la femme de mon frère, était rentrée de voyage. Je suis surprise de la voir ici. Elle doit être épuisée. Redescendons. Je ne voudrais pas qu'on l'a réveille par notre bruyante compagnie. Je vais aller prévenir mon frère que nous ne pourrons lui tenir compagnie. Descendez. Je vous rejoins d'ici quelques instants."

Les convives semblaient un peu dépités et ne comprenaient pas trop les changements de plans perpétuels que leur imposaient leur hôtesse. Certains murmuraient et s'éclipsèrent une fois en bas. Mais le jeune homme ardent et l'homme mur persévérant restèrent en bas, attendant la demoiselle au si joli minois et au sourire qui désarmerait un lion.

Cassandre ne se soucia pas de leur départ et chercha à trouver l'endroit où était Duncan. Elle s'arrêtait devant chaque appartement et silencieuse, écoutait si un bruit s'échappait de la pièce. C'est devant chez Isolde qu'elle reconnut la voix d'Elyon.
Elle entra vivement dans la chambre et aperçut Duncan tournait vers elle près de la porte. D
'une froide colère, elle lui dit :

"Tu aurais du me dire que ta chère femme était rentrée de voyage. J'ai failli la réveiller quand je suis allée dans tes appartements. Beth avait l'air épuisée. Je n'aurais pas organisée une soirée si..."

Le regard de Cassandre se posa sur Elyon en train de se déshabiller à l'autre bout de la pièce, dos à la porte. Ses hanches, cette peau à l'air si douce. Elyon était en fait.... une femme!

"Par les dieux!
Elyon! Pourquoi m'avoir caché que vous étiez une femme? Je vous aurais apporté mes vêtements!"

Elle comprenait mieux l'intérêt de Duncan pour cette proie maintenant...
Revenir en haut
Duncan
Vampire

Hors ligne

Inscrit le: 12 Oct 2010
Messages: 13
Pseudo: Syrius
Race: Vampire (demi-elfe)
Sexe perso: Masculin
Age du personnage: 78

MessagePosté le: Mar 28 Déc - 00:45 (2010)    Sujet du message: La tempête Répondre en citant

Le silence puis le bruit des vêtements qui tombe, quelle douce musique à l'oreille. Un à un, lentement un arbre perdait ses feuilles, quelle torture également. Attendre, il fallait attendre les yeux rivés sur les fresques d'un papier peint à fond rouge. Les secondes étaient pesantes et ressemblaient à des minutes. La tentation était forte, un détournement maladroit du regard pouvait être justifié après tout comme les humains les vampires ne sont point parfait. Cependant Duncan contrairement à Cassandre conservait une certaine droiture sur le sujet. Non il ne regarderait pas le corps de ce faux Apollon, même si l'envie de confirmer ses doutes le consumait.

Cela avait assez duré, l'attente devenait insupportable désormais. Duncan était à deux doigts de rompre sa promesse. Plusieurs détails le chiffonait, des éclats de voix dans le couloir surtout. Cassandre est sa troupe mijotait quelque-chose, le fait qu'ils n'aient pas encore rejoint le lit de cassandre autant dire leurs tombeaux, cela perturba Duncan.

¤Pourquoi sont-ils encore la?¤

Mais bientôt, les moutons quittèrent le premier étage. Soulagé Duncan redirigea ses pensés vers Elyon et l'imagina dans sa nudité la plus totale. Pret malgré le serment à se retourner, c'est une entrée en scène indésirable qui fit irruption. Cassandre entra brusquement déversant des paroles au départ incompréhensible, ce n'était pas le plus important. Se retournant, la soeur puis le frère purent constater de l'identité d'Elyon. Encore une fois cela ne se passait absolument pas comme dans les prévisions du vampire, Cassandre avait de nouveau tout fait échouer cela. Avec vélocité Duncan s'empara du drap recouvrant le lit et en fit une toge pour la jeune fille afin de cacher son corps nu. Duncan aurait apprécié l'admirer encore un peu plus, mais la situation ou se trouvait Elyon était particulièrement désagréable. La sortir de cette mauvaise passe était la priorité du vampire.

Un peu étonné par la situation, les mécanismes de l'esprit de Duncan se mirent en marche. Un nom traversa son esprit tel un clair.

¤Beth? Qui est Beth? Je ne connais pas de Beth.¤

Les yeux chargés en colère, Duncan venait de comprendre la machination de sa soeur. Sa femme Beth était sa conquête de la journée en train de dormir paisiblement sur son lit. Cassandre avait donc visité sa chambre, pire encore ses moutons ont put apercevoir sa créature et la morsure à son cou. Ce soir le secret de la famille Serenata à failli être découvert à cause de la stupide puérilité de sa soeur. La colère empirait, Duncan ne pouvait supporter une seconde de plus la présence de Cassandre. Non pour sa tentative de vengeance basse et mesquine, uniquement pour celle d'avoir par sa puérilité failli lever le voile du secret qui règne en ce manoir. Cela suffisait, il fallait mettre un terme à son jeu égocentrique. Le visage du vampire était figé dans sa colère, il espérait enfin en terminer avec Cassandre par ces quelques mots et ce ton glacé.

"Cela suffit Cassandre! Tu es allé beaucoup trop loin, ravale ton poison et sort d'ici! Sort et pense aux conséquences ou tu nous aurait mené par ta stupidité et ta puérilité!"

La colère avait fait son office, Cassandre s'apprétait à partir le jeu était terminé pour ce soir. Impossible pour elle de savoir si ses paroles empoisonnées avaient réussies. Duncan la regardait partir, une note de regret envahissait peu à peu son être. Après tout lui aussi avait une part de responsabilité, sa chambre aurait put être fermé et puis convoiter deux proies dans la même soirée voila qui était sans doute un peu trop gourmand. Le remords l'avait définitivement envahit même si Cassandre n'en valait pas la peine, se quitter ainsi n'arrangerait pas les relations au sein de cette famille.

Encore une fois Duncan alla rattraper sa soeur. Avant quelques mots prévenant furent donnés à Elyon.

"Rhabillez vous je vous prie, excusez nous pour tous ce cirque, j'ai encore a parler avec ma soeur je serai de retour bien vite."

D'un pas assez pressé Duncan quitta la chambre puis se dirigea en hâte vers Cassandre, de la même manière que précédemment il lui attrapa le poignet mais cette fois d'une manière moins rustre.

"Cassandre, si tu comptes faire l'état de cette histoire à père je ne t'en empécherai pas, je compte d'ailleurs assumé pleinement ma responsabilité dans cette regrettable histoire."

Petit rictus affiché Duncan prit soin du poignet de sa soeur en l'examinant quelque peu, puis il le porta à ses lèvres en déposant un unique baiser.

"Tu régénères vite, moi qui pensait te l'avoir broyé."

Sa voix était suave, ses attentions si prévenante, c'était tellement en contraste avec l'image du vampire en colère. Puis sans crier gare Duncan commença à baiser le bras de sa soeur. Partant du poignet blessé jusqu'a la nuque de porcelaine, marquant ce chemin d'une ligne de baiser tendre et fugace. Arrivé dans les méandres de sa chevelure Duncan commençât à mordiller sensuellement le lobe de son oreille. A la suite, ses mots et ses gestes furent encore plus déroutant. Cassandre était contre un mur, les mains de Duncan se faisait de plus en plus aventureuses sur ce corps. Le vampire expérimenté n'hésitait pas à caresser doucement les hanches de sa soeur faisant découvrir sa chair , sa peau douce au rythme du recul de sa robe. D'un mouvement assez violent il plaqua sa soeur plus intensément sur ce mur, puis sa bouche s'attela à embrasser sa poitrine et remonta le fleuve de son désir jusqu'a la bouche de sa soeur, marquant cette arrivée d'un baiser ardent. Ses plans avaient tout d'un coup changé, bizarrement c'était Cassandre qu'il désirait à présent. Tout ne dépendait plus que d'elle désormais. Arrêtant ses cajoleries, le vampire se désengagea de ce corps si accueillant. Mais avant toujours d'une voix suave que Cassandre ne connaissait pas de sa part, il lui adressa ces quelques mots.

"Je te veux comme proie ce soir, débarrasse toi de tes moutons. Tu n'auras qu'a les égorger ou les congédier comme il te plaira. Rejoints moi ensuite tu pourras faire ce que tu veux de moi."

A la fin de cette phrase, Duncan se retourna.

"Je vais m'occuper de mon coté d'Elyon, fait vite Cassandre ne me fait pas attendre tes hanches me tentent cette nuit."

Son jeu était finit, lui aussi avait le droit de jouer non. Cassandre n'étais pas sa nouvelle tentation c'était juste une vengeance appropriée. Au final si Elyon se refusait à lui, les bras de sa soeur pourrait être un excellent moyen de se consoler. Laissant Cassandre dans le couloir, le vampire ouvrit la porte rejoignant Elyon. Que pouvait-elle bien faire?
Revenir en haut
Elyon
Humain

Hors ligne

Inscrit le: 19 Sep 2010
Messages: 13
Pseudo: Lindashee
Race: Humain
Sexe perso: Féminin
Age du personnage: 17
Présentation: URL

MessagePosté le: Dim 2 Jan - 07:18 (2011)    Sujet du message: La tempête Répondre en citant

[Je continue d'utiliser "il" pour Elyon, simplement parce que c'est comme ça qu'il a toujours vécu]

Alors qu'Elyon s'apprêtait à enfiler le haut prêté par Duncan, il entendit la porte s'ouvrir et Cassandre parler subitement. Il sursauta brusquement, jetant l'habit à l'autre bout de la pièce en lâchant un cri d'effroi. Duncan fut plus rapide que lui, ou plutôt qu'elle, l'enroulant dans le drap pour cacher son corps. Elyon repoussa les mains de Duncan aussitôt qu'il eut fini, ne voulant pas qu'il le touche. Son visage était cramoisi par la gêne, son regard fixé sur le sol, ces quinze secondes étaient sans doute les plus embarrassantes qu'il aie jamais vécu.

Cassandre parlait d'une certaine Beth... la femme de Duncan? Il fallait avouer que ça n'était pas très surprenant, la plupart des nobles sont mariés avant même d'avoir atteint la puberté. Encore une fois Elyon ne pouvait pas faire grand chose dans une telle situation. Il était encore une fois au milieu des deux vampires, se contentant d'observer, n'ayant pas vraiment le moment de dire quoi que ce soit. Cassandre lui avait parlé de lui prêter des vêtements, voilà déjà qu'elle se mêlait de ses affaires.

Duncan encore une fois s'énerva contre sa soeur, parlant de puérilité, de stupidité et de poison. Elyon ne voyait pas pourquoi, enfin, bien qu'elle soit entrée sans s'annoncer ainsi alors qu'il se changeait. Aucun moyen de savoir comment, ni pourquoi ils en étaient arrivés là. S'assurant que le drap ne dévoilait rien, Elyon resta planté là tandis que les Serenata se disputèrent, ils finirent par sortir de la pièce, visiblement pour tenter d'arranger ce différent.

Elyon avait eu l'impression d'être resté en apnée pendant tout ce temps, incapable de respirer, pouvant enfin souffler lorsqu'ils s'en allèrent. Il ne savait pas quoi faire face à cette découverte, bien qu'elle était précoce, et avec un tel secret, mieux valait tôt que tard, car jamais était souvent un exploit. Il se dépêcha alors d'enfiler les vêtements propres, bien que conscient maintenant que les deux nobles risqueraient de le regarder de travers, il ne savait pas si la proposition de rester dormir tenait toujours, et si il devrait plutôt s'en aller de suite plutôt que de continuer à créer des problèmes ainsi.

Il vérifia que les vêtements étaient bien fermés, puis remit son jabot et vérifia que son catogan était correct. Il entendit un étrange bruit sourd, comme quelque chose poussé brusquement contre le mur. Cassandre et Duncan devait sans doute être en train de se crêper le chignon... en un peu plus violent.

Après quelques instants alors qu'Elyon s'apprêtait à sortir pour s'excuser auprès de Duncan, celui-ci ouvrit la porte, faisant à nouveau sursauter le jeune homme, il recula de plusieurs pas, plaçant ses mains dans son dos. Toujours aussi mal à l'aise, il se passa la main dans les cheveux ne sachant pas trop comment Duncan allait réagir.

"Je... suppose que vous voudriez des explications, or je ne sais pas si je serais apte à en fournir..."

Il se tourna dos à lui, se rongeant les ongles, trop gêné pour le regarder dans les yeux.
Revenir en haut
Cassandre
Vampire

Hors ligne

Inscrit le: 22 Oct 2010
Messages: 9
Pseudo: Hyellinis Lisell
Race: Humaine et vampire
Sexe perso: Féminin
Age du personnage: 110
Présentation: URL

MessagePosté le: Mer 5 Jan - 17:41 (2011)    Sujet du message: La tempête Répondre en citant

Duncan s'était retourné et précipité pour recouvrir Elyon. Il s'était mis ensuite en colère et l'avait renvoyé. Cassandre n'appréciait pas ses paroles mais elle partit dignement. Elle était plus intelligente que lui en ne répliquant pas. Il avait mis en péril la famille pour avoir une nouvelle proie. Il était fautif. Elle s'apprêtait à rejoindre ses invités quand elle entendit le pas feutré de Duncan derrière elle. Que lui voulait-il encore? Il attrapa de nouveau son poignet mais de manière moins violente.

¤Tiens! Etrange!¤

Il avouait enfin sa culpabilité.

¤Bien!¤

Il s'excusait de son comportement.


¤C'est pas trop tôt! Mais si tu crois que je vais te pardon...¤

Cassandre ne put finir sa pensée. Duncan embrassait délicatement son poignet, puis remontait le long de son bras. Elle était stupéfaite. S'il s'était arrêté là, peut-être aurait-elle pu lui répliquer une phrase cinglante pour qu'il s'explique sur son comportement. Mais ses gestes furent de plus en plus sensuels, plus entreprenants. Cassandre était démunie. Elle qui savait toujours comment agir, se sentait complétement désarmée. Elle ne savait quoi faire. Elle sentait juste la chaleur qui montait en elle, qui réchauffait son corps si froid. Jamais un homme n'avait été aussi entreprenant avec elle, mis à part Vittorio. Elle appréciait l'imprévisibilité du futur, le fait que pour une fois, elle n'était pas maître du jeu. Les doigts de son ''frère'' était expérimenté, plus que peuvent l'être ceux des mortels les plus habitués. Ils atteignaient facilement leur but, faisait monter le désir en quelques secondes. Sa bouche était plus douce que la soie. Cassandre n'en pouvait plus de tant de plaisir surtout quand il mit ses lèvres sur sa poitrine. Elle retint un cri de jouissance. C'est avec regret qu'elle sentit son frère s'éloigner d'elle. Mais ses paroles exacerbèrent son désir. Il voulait qu'elle le rejoigne, après qu'il se soit débarrassé de ses proies. Et il s'éloigna prestement comme si de rien n'était. Il venait de la frustrer comme aucun homme n'avait pu la frustrer, hormis Vittorio.

Cassandre n'en revenait pas du comportement de Duncan. Ce n'était tellement pas lui. Elle ne comprenait pas comment il était passé de la colère pure à un désir intense pour elle, alors même qu'il avait une proie dans la chambre d'Isolde. Elle était vraiment médusée. Son corps était en ébullition. Elle le voulait. Elle voulait que Duncan soit dans son lit cette nuit. Elle voulait qu'il la domine, qu'ils fassent ensemble ce qu'aucun autre mortel ne pourrait jamais faire. Elle voulait avoir une nuit de plaisir intense. Mais...mais que dirait Vittorio de cette aventure?

Cassandre continua de descendre. Elle vit ces deux derniers invités, les deux premières proies de la taverne qui l'attendait sagement près de la porte d'entrée massive. Allait-elle les renvoyer pour rejoindre Duncan ou allait-elle les prendre tout deux en proies et ne pas risquer que Vittorio apprenne l'affaire?

Dès leurs premières paroles son choix était fait. Ils ne l'attiraient plus. Ils l'ennuyaient même. Maudit soit Duncan de lui faire perdre l'attrait de deux mâles aussi bien constitués. Leurs peaux sous l'effort devaient être salées. Leur sang, un délice. Le plus mature devait avoir le goût du voyage, de l'aventure tandis que le plus jeune devait avoir le goût de l'impertinence, de la confiance. Mais elle ne voulait que Duncan. Cela l'agaçait surtout qu'elle devrait probablement attendre que Monsieur prenne congé d'Elyon. Cependant, elle le voulait lui et aucun autre.

Elle leur pretexta qu'elle était fatiguée et qu'elle voulait rester auprès de Beth, la femme de son frère, celle qui dormait à l'étage. Elle venait de rentrer de voyage et Cassandre avait hâte de s'entretenir avec elle. Elle voulait parler à Beth dès son réveil. Ils protestèrent.

¤C'était à prévoir¤


"Messieurs, je suis fatiguée et nous pouvons tout à fait nous retrouver dans cette même taverne où le destin nous a conduit à nous rencontrer. Quel heureux hasard ce fut! Mais il nous faut prendre congé les uns des autres! Je vous remercie de l'attention que vous avez eu pour moi, de m'avoir permis de me divertir. La soirée fut un réel plaisir à vos côtés! J'espère que nous nous reverrons rapidement!"

Ils n'étaient pas satisfaits. Elle n'ont plus.
Mais ils avaient hâte de la revoir et ne manqueraient pas au rendez-vous. C'était tout ce qui importait aux yeux de Cassandre. Elle leur accorda à chacun un baiser d'une sensualité qu'ils n'avaient surement jamais connu. Ils repartirent le sourire aux lèvres complétement hébétés. Cassandre referma la porte et se hâta dans sa chambre. Elle fit jaillir de-ci, de-là des nuisettes, des robes, des corsets, des portes-jarretelles de ses armoires. Que mettre? Il fallait un vêtement qui se découvrirait feuille par feuille! Non! Un vêtement sensuel qui dévoilerait chacun de ses charmes et qui rendrait fou Duncan! Cassandre passait d'un vêtement à l'autre. Que choisir? Elle finit par opter pour une robe rouge en velours au décolleté plongeant et ayant un corset qui ferait ressortir ses charmes. Et sous cette robe se cachait une nuisette légère et transparente d'un bleu nuit qui ferait ressortir sa peau de porcelaine et ses yeux. Parfait! Elle se remit un peu de parfum et s'allongea à plat ventre sur le lit, fixant la porte en souriant d'un air coquin. Elle imaginait déjà ce qu'elle allait pouvoir faire à son frère...  


Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 16:16 (2018)    Sujet du message: La tempête

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Les Bois d'Aethoniema Index du Forum -> Hélanthème -> Le coeur - Beaux quartiers -> Résidences -> Manoir des Serenata Toutes les heures sont au format GMT + 3 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | créer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Template lost-kingdom_Tolede created by larme d'ange
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com